Chef Olivier BEARZATTO
27
Juin

Chef Olivier BEARZATTO

BONJOUR CHEF ! POUVEZ-VOUS NOUS PRÉSENTER DANS LES GRANDES LIGNES VOTRE PARCOURS ?

J’ai commencé mon premier restaurant à l’âge de 18 ans en 1988 à Paris, ensuite j’ai continué mon activité de restaurateur, avec la concession du Toit de l’Arche de la Défense, en étant leur traiteur. Et puis je suis arrivé au Maroc il y a 6 ans et j’ai ouvert la Maison Olivier Bearzatto à Marrakech, pour proposer des prestations sur mesure en tant que traiteur évènementiel.

ET VOTRE HISTOIRE AVEC MARRAKECH ? QU’EST-CE QUI VOUS A DONNÉ ENVIE DE CHOISIR LA VILLE OCRE COMME MAISON DE VOTRE CUISINE ?

Tout d’abord, le choix de venir à Marrakech fut un pari avec un ami qui habite à la fois en France et à Marrakech. Ce pari est devenu quelque chose de plus concret, j’ai donc développé l’activité de traiteur-organisateur d’évènements parce qu’il y a une forte demande en cuisine marocaine revisitée et en cuisine internationale.

COMMENT AVEZ-VOUS « PENSÉ » VOTRE RESTAURANT ? (LE CONCEPT DE RECYCLAGE)

Monter un concept à la fois restaurant gastronomique et partie traiteur, où tout est livré dans des packagings recyclables, correspond à mon état d’esprit. J’ai eu de la chance d’avoir un de mes meilleurs amis qui est patron de Solia, entreprise qui crée des packagings recyclables et respectueux de l’environnement depuis plus de 20 ans en France.

POURRIEZ-VOUS DÉFINIR BRIÈVEMENT LAPHILOSOPHIE DE VOTRE CUISINE ?

Ma cuisine part de mes gênes donc c’est une cuisine italienne : pasta, huile d’olive, parmesan, basilic… tout ce qu’on aime. Si je devais choisir entre les pâtes et la choucroute, je choisirai les pâtes. Mais ça ne m’empêche pas de faire un peu de tout étant donné que j’ai vécu dans la région parisienne.

QU’EST-CE POUR VOUS L’ART CULINAIRE ?

L’art culinaire est la manière dont on va s’y prendre pour cuisiner. C’est aussi la présentation, le choix de la vaisselle, des couverts… c’est tout un ensemble de choses. Mais au départ, l’art culinaire est de savoir choisir les meilleurs produits pour commencer à travailler.

QUEL EST L’INGRÉDIENT INDISPENSABLE DANS VOTRE CUISINE ?

L’huile d’olive.

OÙ ALLEZ-VOUS DÉNICHER VOS PRODUITS ?

Lorsqu’il s’agit de produits comme la Mozzarella, je vais les dénicher en Italie. Mais aussi au Maroc, quand il s’agit des huîtres de Dakhla, des palourdes…

QUEL EST LE PLAT QUI A LE PLUS MARQUÉ VOTRE ENFANCE ?

Les lasagnes de ma mère.

QUI A ÉTÉ VOTRE MENTOR ?

J’ai commencé la cuisine à l’âge de 12 ans dans La Ferme du Mont Valérien, restaurant dans les hauts du Mont-Valérien à Suresnes. J’ai appris à cuisiner avec le chef Armand Poinsot, il était mon mentor. Après j’en ai eu beaucoup d’autres en France, mais pas en Italie. Pour moi, apprendre c’est aller chercher chez les uns et les autres les meilleures choses que je puisse « piquer » pour reproduire à ma façon.

SI VOUS DEVIEZ CITER 3 PRODUITS À TOUJOURS AVOIR DANS SES PLACARDS À LA MAISON ?

Les pâtes, l’huile d’olive et le parmesan.

QUEL EST VOTRE PLAT MAROCAIN COUP DE COEUR ?

La Tanjia. Et je m’amuse à la revisiter.

VOS PROJETS POUR L’AVENIR ?

Mes projets d’avenir sont de continuer à développer l’activité de traiteur et peut être de m’installer dans une avenue pas très loin, ouvrir un restaurant sur M Avenue et continuer de faire déguster nos produits dans des récipients respectueux de l’environnement.